Ironie du saur – Iotop of June 21


A gauche un enrochement et une structure de bois crevassée par la mer s'avance vers l'estran à travers une plage de sable jaune beige parsemée de coquilles blanches et de caillous irréguliers.
Au loin dans une plaine d'estran vaseux se reflète un ciel grisatre et lumineux, par des reflets cuivré on perçoit que le sable se mèle à la vase.
A la limite entre la plage et la vase des algues vertes se sont déposées.
A gauche un enrochement et une structure de bois crevassée par la mer s’avance vers l’estran à travers une plage de sable jaune beige parsemée de coquilles blanches et de caillous irréguliers.
Au loin dans une plaine d’estran vaseux se reflète un ciel grisatre et lumineux, par des reflets cuivré on perçoit que le sable se mèle à la vase.
A la limite entre la plage et la vase des algues vertes se sont déposées.
Langue de bois
Une trés mince bande de ciel surmonte une encore plus mince bande noire discontinue  ;  à gauche se découpe des structures carrées , humaines, c'est une terre, une ville peut-être.
Un estran plat et humide aux reflets gris et ocre cuivré puis un depot d'algues vertes, ces petits rochers et du sable ...une masse de béton qui se prolonge vers le large à droite.
C'est une conduite dont l'embouchure pointe vers la "ville" citée plus haut.
L'image est très haute, dans une deuxième partie la masse de béton devient floue, une structure peut-être métallique, des reflets gris un peu brillant, des traces rouille, émerge à la surface du béton.
Une très mince bande de ciel domine une encore plus mince bande noire dont le milieu se perd dans un horizon laiteux. Se découpent dans le coin à gauche des structures carrées ou droites. Sont-elles humaines ? Une ville peut-être.
En descendant l’image est barrée par un estran plat et humide aux reflets gris et ocre cuivré, puis un dépôt d’algues vertes, des petits rochers et du sable, des flaques …une masse de béton traverse la plage et s’élance sur la vase et le large…
C’est une conduite dont l’embouchure forme un léger angle pour sembler pointer vers la « ville » du haut à gauche.
L’image est très haute, dans le bas la masse de béton devient floue et en occupe toute la largeur. Une structure peut-être métallique, des reflets gris un peu brillants, des traces rouille, émerge à la surface du béton.
langue de béton

Monsieur Iotop ayant assumé d’organiser l’agenda ironique de Juin, et illustré (…l’agenda, illustré ! pas le Mois de juin ! on n’est pas chez Playboy, bande de pattemouille de topinambour à roulette ! ) j’ai décidé d’y participer. Pour l’honneur et c’est mon droit le plus strict de tirer la langue, c’est votre faute aussi si vous l’aviez moins bien pendue, je causerais moins.

Voir ci-après les règles du jeu, ou alors à la source

composer un texte (prose ou poésie – long ou court) avec la langue

écrite de votre choix (réelle ou imaginaire) et dans le genre qu’il vous plaît (fantastique, utopique, commun, amoureux, journalier, carnet de bord, romantique, animalier, érotique…)

le tout…

Ironique.

Et pour « faire » bonne mesure,

4 mots imposés :
Insomniaque
Chouette
Frigoriste
Narine

( NdM * : les images devraient avoir un texte de remplacement, que j’estime avoir si bien réussi que je l’ai mis en légende )

Des balanes encerclent une structure métallique rouillée insérée dans le béton ayant subi les outrages marins du temps.
Des balanes encerclent une structure métallique rouillée insérée dans le béton ayant subi les outrages marins du temps. Langue de métal

Mon oreille a fourché

Je n’aurais pas du y aller , je le sais, je le sais !

Et d’abord pour commencer je n’aurais pas du confondre avec « Marine », quand elle m’a dit « narine ».

A elle je n’ai rien à reprocher parce qu’elle m’a détrompée tout de suite quand j’ai dit « Marine !? », sur un ton d’inespérée surprise de voir comblée son attente déjà trop longue et trop vaine.

« Narine ! Na n.a. rine ! du Nez ! » elle a répondu « bordel c’est pas vrai, mais t’es con ou quoi, j’ai dit NARINE, bordel de crotte de bique , pas … » puis elle s’était tue. Déjà avant qu’elle ait fini son exclamation sa voix disparaissait, suivant ses yeux qui suivait son front qui suivait ses épaules et que tout ça ployait comme si ça savait dans quelle …envasement j’allais me retrouver, rien qu’au regard qui s’écarquillait, les sourcils au milieu du front, et la pupille noire comme le super trou noir géant qui fait briller les gaz au milieu du vortex de la galaxie…j’écoutais plus, je disais « chouette chouette chouette, Marine Marine Marine » battant des deux mains, puis les collant, afin de faire la sainte ébahie qui cligne des yeux, la tête sur le coté, les yeux aux cieux… »j’vais voir Marine ».

Qu’est-ce que ça puait en arrivant ! Rien que ça aurait du me mettre la puce à l’oreille, une puanteur pareille, c’était pas possible s’agissant de Marine. Marine c’est bleu, c’est beau comme semi précieux, c’est Aigue Marine, Marine c’est fraicheur marine de la lessive, c’est propre Marine, non ? pas pour vous ? Ben si, pour moi à ce moment là c’était propre. Mais alors là, rendue où j’étais , pas du tout ! Si c’est ça la Marine… C’est les égouts ce truc. C’est de la pollution humaine, d’éfluents pourris de vieux bourgeois même pas tous vraiment riches qui s’agglutinent en bords de mer… qu’on dirait de la crasse dans des rainures de plancher ou dans les joints de carrelage.

Bref des marines, j’en avais plein les naseaux, et pourtant en tant que frigoriste, …quoi qu’est-ce t’as toi ?… c’est pas un métier de femme frigoriste ? c’est comme président, ça pourrit les dents ? Une femme pourrait pas être frigoriste, nan mais vous avez entendu ça ?

Moi j’ai fait mes études de plombier, je suis devenue plombière. Au début avec y compris le sourire, mais après j’ai eu des mésaventures, j’ai changé de style, moins de sourire, surtout de la plombière, et puis encore des mésaventures, alors j’ai changé de métier, y a trop de dégueulasses. Le plus proche de plombière , c’est frigoriste…avec chauffagiste, mais chauffagiste c’est comme plombière. Des dégueulasses plus chauds c’est tout.

Frigoriste il fait froid, les habits dissuadent, y a pas la place, alors les dégueulasses, on les voit moins…et puis les zizis sont plus petits. hihi. Bref normalement c’est propre frigoriste sauf quand il y a le cas de la panne le week-end dans le frigo du supermarché, et que bien sur on ne t’appelle que le lundi. Ce cas là, frigoriste, tu pleures et pas que pour les heures. Même équipée tu morfles.

Bon ben là l’odeur c’était de ce genre, et quand ça pue comme ça, crois moi p’tit gars, ça sent mauvais. Il va y avoir des frais qui vont être chauds, et des poissons qui vont prendre le bouillon. Comme on dit dans le métier. Dans le noir en plus, alors j’ai pas vraiment réagi comme il aurait fallu.

Mais, en fait, qu’est-ce que je foutais là en pleine nuit ?! Bordel !

C’est parce que je suis insomniaque, en plus avec la joie que j’avais de voir Marine, ben quoi, ça t’défrise ? la veille je tournais en rond dans ma piaule , et comme je vis seule, avec mes mésaventures j’ai les dégoûts des hommes, ça se comprend quand même, et comme j’arrive pas à passer le dégoût des femmes, je suis pas très aidée pour la vie du couple sentimental… Sentimental ça irait, enfin ça irait… ça allait quand ça arrivait, mais bon à chaque fois c’était le même cirque, « on est des adultes quand même »… je me disais aussi que si on tombe dans le sentiment , ben la matière est faible, peut-être qu’avec un petit effort… et pis qu’avant les mésaventures…c’était pas comme ça, merde ! Alors … non mais ça sert à rien. J’ai essayé une fois, deux fois trois fois, et puis j’en ai eu marre , j’essaye plus.

Enfin bref, voila la veille du grand jours, je me suis dit que si je partais là maintenant je serais arrivée la première, j’aurais été tout devant. En plus au début la copine ce qu’elle m’avait dit c’est « qu’elle en avait pris plein les narines »quand elle était au bord de la mer, mais elle m’avait pas dit où exactement. Du coup je savais pas « où exactement », je savais à peu prés.

J’y ai été au hasard la chance, avec mon camtard , je dors dedans, je me pose où je veux. C’est ce que j’ai fait mais j’avais encore pas envie de dormir, alors j’ai voulu aller me promener. Je me demande pourquoi, vu que ça puait. Je m’étais dit que j’allais m’habituer, et d’ailleurs c’est ce qui est arrivé. Au loin brillait les lumières d’une ville, j’ai voulu m’approcher en marchant sur la conduite des eaux pluviales je voyais pas le bout, mais elle avait l’air de bifurquer vers les lumières j’étais intriguée, alors j’ai été voir au bout, en fait c’était pas loin. Alors je suis revenue vite fait, ça foutait un peu les j’tons.

Mais au retooour…

Ce truc m’a intriguée, ça faisait comme une espèce de languette métallique, je me demandais ce que c’était alors je me suis penchée, en fait c’était rien qu’un reste de ferrure qui faisait comme une langue métallique. C’est en me relevant que c’est arrivé

J’ai vacillé et je suis tombée. Enfin j’ai sautée et j’ai roulé dans le sable, comme au stage commando en fait, comme une gosse aussi, un peu. J’ai pas eu envie de me relever tout de suite. J’ai du m’endormir, je suis en plein soleil, là.

Je sais pas pourquoi j’ai cru que Marine allait venir là. J’avais trop envie, je crois, à force de rester dans le sentimental, voila ce qui arrive, on croit des choses. Et puis on se retrouve sur le sable, ça pue.

J’aurais bien aimé que la copine vienne avec moi. Pas pour voir Marine, elle l’aime pas trop, non, pour moi. Juste pour moi.

Insomniaque Chouette Frigoriste Narine

PS : Toute question en rapport avec le texte trouvera sa réponse dans les photos. A moins que ce ne soit le contraire.

NdP ** : je vote ce que je veux, OK ? si tu prétends que t’as moins d’illusion que moi, c’est que t’en as encore plus alors va te faire voir. Mais par contre, moi je t’aime, t’es ma copine, alors tu vas pas te faire voir, en fait.

* : Note de Moi, modeste, même

** note du personnage à sa copine qui lira peut-être, même si Marine elle était pas là, et que ça puait en fait, ça valait le coup d’espérer et c’est ça qu’elle a compris , que la vie c’est le plus important, et que c’est l’espoir qui fait vivre***

*** et elle me fait un prix si jamais je veux faire un frigo industriel, on sait jamais.

Dans une plaine humide sous un ciel blanc et lumineux à gauche tirant vers le gris à droite une mince bande de terre grise, pyuis en se rapprochant des algues vertes sur du sable modelé en vague entre des flaques d'eau.
Sur une gros caillou couvert d'algue au milieu d'une d'entre elle,  se détache une demi coquille d'huitre exposant sa coupelle nacrée blanche.
Dans une plaine humide sous un ciel blanc et lumineux à gauche tirant vers le gris à droite une mince bande de terre grise, puis en se rapprochant des algues vertes sur du sable modelé en vague entre des flaques d’eau.
Sur une gros caillou couvert d’algue au milieu d’une d’entre elle, se détache une demi coquille d’huître exposant sa coupelle nacrée blanche.
Langue de nacre

8 réflexions sur “Ironie du saur – Iotop of June 21

  1. Bon jour,
    Cette Marine porte le texte et il n’y pas de quoi se pincer les narines entre le pouce et l’index (ou inversement) même s’il y a des voies qui nous mènent vers le sentiment sédiment qui ne laisse pas indifférent le lecteur que je suis, même si je ne connais aucune frigoriste ni plombière ( ni d’ailleurs la petite commune Plombière-les-Bains qui paraît-il est « surnommée la « Ville aux mille balcons » : y a beaucoup de femmes ? ) à part la boulangère du coin de la place à l’angle de la première Grande Rue du village (et pas Breton) …
    Bref, une belle envolée pour une participation qui décoiffe 🙂
    Merci beaucoup de ta participation 🙂
    Max-Louis

    Aimé par 1 personne

  2. plaisir d’offrir, des textes et photos , joie de recevoir, des compliments.
    que votre joie demeure, plus près de l’huile moteur.

    J'aime

mais tu vas parler, oui ?!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s