Iron age


L’ironique agenda de Mai 21 se passe à la Palette d’expression.

« Un bruit étrange et beau » d’après le roman graphique de ZEP, en est le thème.

Jeune, connaissant peu la musique populaire, et même la musique qu’on écoute, j’allais m’ennuyer au conservatoire de banlieue, chaque semaine quand même, un cousin m’avait fait entendre Hugues Auffray et « Ce soir à la brune… » j’ai oublié le prénom de ce faux frère que je n’ai jamais eu, et puis plus tard « c’est une frangine portoricaine qui vit dans le spanish harlem… » BERNARD LAVILLIERS ! ( l’autre c’est pas robert charlebois, ni brigitte fontaine, zut « j’m’en fous d’la france on m’a menti… » … ? il reviendra ou pas quand on n’a plus de dents la soupe c’est encore meilleur , non ? )( Bastien le Bucheron, un truc comme ça ).

A l’époque, de Lavilliers, un poète à la VILLON, lol , je préfèrais beaucoup les chansons plus douces , de rencontres amoureuses, senteurs de Camel , gauloises, mêlées. « So O gringo Brasilero, … » En fait c’était de n’y comprendre rien, ou pas beaucoup. Et plus tard j’ai eu « Les barbares » en CD dans un coffret avec Gringo et un autre. J’avoue, que ça tombait pas super à point dans ma vie de jeune père de famille petit bourgeois, ce noir jaillissement d’un passé improbable et pourtant réel de mon existence. Le gosse en moi aurait du entendre ça, s’il avait écouté ;

« Les Barbares habitaient dans les angles tranchants
Des cités exilées au large des business
Ils rivaient leurs blousons d’étranges firmaments
Où luisaient la folie, la mort et la jeunesse »

Et aussi

« Oh, mon amour, emporte-moi
Emporte-moi loin de la zone
Vers des pays chagrins, vers des pays faciles
Vers des pays dociles »

Dire que je ne percevais pas un écho résonner dans ces mots scandés et ces riffs de guitares enragées à force d’être contenues, ce serait me mentir. Non c’est juste que je voulais pas entendre. Longtemps je n’ai pas été disponible à ce que ces chansons là me disaient de la révolte. Maintenant si je ne veux pas les écouter c’est pour ne pas entendre le silence, mon silence pendant des années.

Ha j’allais oublier , il faudrait caser cyclo-pousse, Ile et poirier. C’est à faire.

Un cyclo pousse est un triporteur. Vous vous souvenez de Darry Cowl ? Ce que j’aimais le triporteur quand j’étais petit. Aujourd’hui quand je regarde Darry Cowl je crois sentir l’odeur de tabac sur des vêtements de la veille qu’on n’a pas enlevé depuis l’avant-veille, l’odeur particulière de l’aspirateur sur des moquettes usées des halls de grands hotels ou de casino comme un type qui a encore découché, qui ne s’en sortira jamais. Quand je le vois je pense à DSK, un viveur, Pompidou, un viveur, et à le type là de la région Vichyssoise des Pays de la Loire, le Guichard, un super viveur, et un escroc congénital. Et le môme à houppette dessinée, qui sent au mieux la lessive propre et le grand air, au pire l’assouplissant dosé à la gamelle ; qui fait prof d’éducation sexuelle avec son langage de malabar ( ben oui rose et sucré qui fait des bulles en plastique ). Une autre étape dans la dépravation à mon avis. La dépravation « normale », comme un président … « normal », quoi.

« nan le montes pas au grenier ton coffre à poupées déchiquetées, t’embètes pas, y a les encombrants qui passent cette semaine. Mets le sur le trottoir, c’est sa place, s’il dérange pas les gens qui travaillent. » Voila ce que je dirais, maintenant si la figurine Darry Cowl venait à resurgir. C’est comme ça qu’ils font aujourd’hui, les gens à houppette on les moule dans la résine et ça refait des petits lares en plastique, qualitatifs et aux couleurs fidèles, qu’on pose dans le petit temple domestique en forme d’étagère, en résine agglomérée sur des miettes de bois. C’est pas l’absence de religion qui fait disparaître le sentiment religieux. Ni le péché…

Il me reste l’île, l’île déserte et le poirier à trouver pour cet ironic agenda of may où se défait ce qui me plaisait.

Celle-ci par exemple ? Un de ses noms est Poirier, et elle est déserte. L’image satellite dans google maps , des vagues qui l’environnent moirant les récifs à travers l’eau dans un camaieu de bleu et de vert tout à fait époustouflant n’évoque-t-elle pas furieusement une onde sonore, étrange et belle.

Ho zut, c’était juste une île, c’est seulement moi qui l’ai faite déserte… je m’ai trompé ! J’en ai marre de ce Chachashire.

Voila. Il parait que les chats ont 9 vies, celui-ci en a déjà plus, et il est un vieux chat de gouttière qui vous donne l’impression de vous filer la gangrène rien qu’avec ce coup d’oeil, entre le clodo et le sniper de l’autre coté du jardin, là où vous n’osez plus aller, là où votre chihuahua a disparu . Il n’en restait que le collier, sans la gourmette argentée, et les griffes de la patte gauche.

Il a même pas peur, lui. Vous levez la carabine, alignez le guidon, l’oeil directeur et son oeil jaune larmoyant… allez pensez à vos rosiers, à vos plantations de laitue, à Mignon le chihuahua…

Alors il vous regarde, il vous sourit pas, non à moins que vous ne soyez sous acide et c’est votre problème, il s’approche de vous en quelques bonds, et il miaule de sa voix cassée, fêlée, exprimant la souffrance des siècles, une roumaine avec un oeil crevé, ben oui de toute façon ça n’aurait pas suffi, quelqu’un d’autre a essayé, il est encore plus moche, mais toujours vivant. Son pelage très sale, taché, collé, entre roux et beige , sa demi queue hirsute, sont là dégageant cette odeur indéfinissable qu’ont les cadavres de petits mammifères, et les égouts.

Vous savez que vous n’allez pas le taper, il vous fait trop peur, s’il vous chopait une partie sensible avec ses griffes ? Il a l’air de savoir se battre, il fait peur au doberman du voisin…

Il miaule et vous allez le nourrir, pour l’éloigner de la terrasse, sinon la belle-mère derrière vous ne va plus vous lacher, jamais, tant qu’elle vivra et peut-être même après par la voix de votre conjoint.

Mais attention, si vous n’êtes pas prés d’une usine d’antibiotique à spectre large anti nosocomiale ++, ne le caressez pas. Conseil de manchot qui s’entraîne au lancer de hachette et au piégeage explosif, depuis son divorce. Le sabre japonais ça sert à rien, sauf si vous appréciez les porte-clés en queue de chat.