Rime belge

C’était un jeune bruxellois de Anvers, poète qu’il voulait être.  Et comme un bruxellois francophone a bien du mal à se faire entendre en terre batave, il voulait être le chantre de la mère patrie Belgique.

Sauf que et cela tous les plus grands spécialistes de poésie régulière et savante vous le diront  :  « on n’sait pas faire rimer belge, une fois ! »  ;  et pas lui plus que les autres, le pauvre, et simple, humble même, littérateur.

Vous me direz « hé ho hein dis !?  Belge ça rime avec léger, gel si on veut, pourvu qu’on ait la langue souple et le ver en soi. »  Que vous le disiez ne le rendra pas plus vrai, pour un amateur de poésie régulière et des canons, pas de la chanson.  Car si on est pas un clephte tout droit sorti des quinze vingt, si on ne se goinfre pas de littérature de gare en parcourant des verstes de voie ferrée  : la vraie rime compte et on ne se satisfait pas de vagues allitérations édulcorées.

Alors Jean-Phi, comme s’appelle tous les poètes belges, partit faire fortune au pays des bulbes, c’était à l’époque de la folie des tulipes.  Il voulut y faire fortune, mais y fut ruiné…dans la mélancolie qui suivit son désastre, à ressort car il avait fait des dettes, il ressortit son dogme de la poésie belge, on se gaussa ignominieusement, comme seuls les bataves savent le faire, « le nez au ciel ».

Mais un jour, comme ça arrive au Pays-bas, il trouva la solution, comme d’autre pondirent « de la méthode » ou de la tulipe noire, de la rose à facette ou que sais-je encore  : il inventa la rime universelle, compatible avec les standards européens de poésie et de littérature générale.

C’est alors que suivant les moeurs locales il s’énivra plus que de raison, comme ça lui arrivait parfois.  Et comme à son habitude dans ces occasions là il arrosait des sanves sur un tertre de cimetière, derrière le sépulcre de Huygens, Constantin, dont il était venu sarcler l’entrée car il l’admirait quand il était ivre et flamand. C’est un phénomène peu connu, et un peu honteux, parmi les bruxellois :  certains changent de langue maternelle quand ils boivent, on dit alors pour un francophone « avoir le vin flamand », il y a une expression flamande pour ceux qui tombent wallon, mais elle est incompréhensible.

Son compagnon de beuverie, authentiquement flamand, lui et qui avait le vin très très méchant, c’était un monstre disons-le tout de suite, commit un meurtre sanglant et horrible sur la personne de ce poète belge.

Depuis par respect pour la mémoire de ce jeune homme courageux qui avait , tel Perceval, consacré toute sa vie à sa quête, l’avait accomplie, et s’était écroulé au sortir de l’abyme, les poètes réguliers ne font jamais rimer belge avec quoi que ce soit.

25122008498-001

 

Le meurtrier monstreux, savez-vous ce qui lui arriva ?  il devint poète français, un des plus célèbres qui soit car la culpabilité qui le hantait faisait monter sa voix , et son àme vers des sommets insoupçonnés auparavant, de lui-même et des vrais amateurs.

( merci Glomérule, Carnetspa et coetera :

Le temps des cerises

https://prose-pipe-et-poesie.blog/2017/06/29/rimes-orphelines/ )

EDIT du 20/08/17 / mise en conformité avec les autres articles du dico

Dictionnaire des orpherimes : On soulevait ici l’autre jour, et ici précédemment, la grave question des mots sans rime, belge, bulbe, camphre, clephte, dogme, goinfre, humble, meurtre, monstre, muscle, pauvre, quatorze, quinze, sanve, sarcle, sépulcre, simple, tertre et verste. Ce petit dictionnaire donnera chaque jour la définition d’un des mots nouveaux proposés, puisqu’il est bon que chaque mot ait un sens afin que chacun comprenne en l’entendant la même chose que ce qu’à voulu dire son interlocuteur. Quant aux citations, s’agissant d’illustrer des néologismes, le lecteur comprendra qu’il a été nécessaire d’améliorer nos sources. * à suivre, avec l’aide des collaborateurs bénévolontaires.

Publicités

10 réflexions sur “Rime belge

    1. Je nuance ton appréciation( trop) flatteuse, car je n’ai pas produit de rime. Je m’en excuse.

      J’essaierai de suivre, mème si je pars en vacances pour une petite semaine.

      Aimé par 1 personne

    2. Je refuse la nuance : tu as inventé la rime universelle, rien que pour ça je t’écorcherais pour vendre ton cuir s’il y avait acheteur !
      mais comme je n’ai pas l’intention de prospecter le boncoin, je suis heureux de te saluer bien bas, plein d’admiration, et je te tire mon chapeauvre !

      Aimé par 1 personne

    3. Oui vu comme ça , évidemment… Je salue ta par…sagesse et ma peau me parait bien agréable à re-garder tout d’un coup. Mais lâche ce couteau, s’il te plait.

      Aimé par 1 personne

    1. N’aie pas peur car si tu étais sujetà ce genre de dérèglement tu serais déjà au courant. Sur « tomber wallon » j’avoue que c’était pour rétablir un équilibre en comptant sur leur goût fameux de d’autodérision.

      Aimé par 1 personne

Déposez vos réclamations ci-dessous. Je les lis avant de les classer soigneusement.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s